Le management participatif et l’interculturalité

Le management participatif peut ne pas être approprié à certaines cultures voire voué à l’échec si les managers ne prennent pas en considération les spécificités locales.

L’analyse des rituels de travail et des espaces de bureau dans plusieurs pays, démontre que le management participatif n’a pas sa place dans tous les pays. Quelques exemples :
Maroc : Culturellement, on assiste à une tendance organisationnelle à la centralisation des pouvoirs et à l’autocratie. Toutefois, les jeunes générations montrent une forte volonté de changer les choses. Elles ont de plus en plus tendance à privilégier les aspirations sociales plus participatives et pragmatiques.
– Allemagne et Scandinavie : Management participatif dans une culture individualiste, les collaborateurs n’hésiteront pas à donner leur avis, à contester.
États-Unis : C’est le Management par les résultats qui est le plus répandu.
Chine : Le management participatif se heurte à une rigidité des rapports hiérarchiques héritée de la célèbre «bureaucratie céleste» impériale. Le respect de l’autorité est absolu, la parole du supérieur n’est jamais mise en doute. Les méthodes de management participatif, typiquement occidentales, sont donc inadéquates : en Chine, un cadre se décrédibilise en demandant son avis à un subordonné.

À noter qu’en tant que manager, on s’adapte tout de même plus vite à une distance hiérarchique plus élevée que la nôtre ; c’est à dire qu’il est plus simple d’apprendre à formuler des ordres qu’à engendrer la décision collective.

Le domaine de la formation est régi par les mêmes règles que celles du management en fonction des spécificités locales, que le formateur doit absolument prendre en considération.

La réussite de l’application du management participatif dans la plupart des organisations ne signifie pas qu’il est le type de management idéal. Notamment, il est le plus chronophage.

Avec le développement de l’intérêt pour la participation, la confiance dans la planification stratégique a diminué, car il s’est avéré qu’elle est inutile dans un environnement instable et imprévisible à moyen terme.

Le management participatif supplantera-t-il les autres formes de management ?

Publicités

Publié le 15/10/2013, dans Management Agile. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :